Événements - Modélisme ferroviaire

    Aucun évènement dans le calendrier

Voir tout

Événements - Arts du fil

    Aucun évènement dans le calendrier

Voir tout

 

La ligne des CFV Jura

La section que nous allons suivre d'ici à Conliège est l'ancienne ligne principale qui effectuait le parcours Lons-le-Saunier - Bifurcation - Clairvaux-les-Lacs - Saint-Claude, reliant la préfecture avec sa sous-préfecture du Haut Jura.

Une première antenne reliait la station Bifurcation aux localités d'Orgelet puis Arinthod.

Une deuxième antenne, construite tardivement et la première à avoir été déferrée quittait Clairvaux-les-Lac vers Saint-Laurent-en-Grandvaux (connexion avec la ligne PLM Andelot - Champagnole - Morez - Saint-Claude - Oyonnax - La Cluse), poursuivant ensuite vers Foncine-le-Bas (correspondance avec le réseau électrique de Champagnole) et Foncine-le-Haut (correspondance avec la ligne CFD, Chemins de Fer du Doubs, Pontarlier - Mouthe - Foncine-le-Haut).

Un réseau disparu, mais qui aujourd'hui pourrait drainer encore l'important trafic du bois, remonter des biens de consommation de Lons vers le Haut Jura, transporter la population dans de meilleures conditions écologiques et de sécurité, sans oublier le trafic touristique au vu de tous ces lieux touristiques qui jalonnent cet ancien réseau sacrifié au tout à la route... Pour un département et une ancienne région (La Franche-Comté) qui se vantent d'être une région "verte", quel aveu de faiblesse de nos jours...

Suite du parcours, de Saint-Maur à Revigny (la montée ou descente "des Monts")

Avant d'entamer le chemin du retour, prendre le temps d'observer, sur la gauche, l'ancienne gare CFV de Saint-Maur, village que l'on aperçoit bien haut et bien loin, perché sur sa colline.

Prendre à droite la D678 et cheminer de préférence sur la droite de la chaussée... Si la plateforme du tramway se situait sur la gauche, un passage à niveau plusieurs centaines de mètres plus bas ramènait la voie ferrée du côté amont du relief. Peu après avoir quitté le Retour de la Chasse, on peut observer sur la gauche un petit ouvrage qui permettait à un chemin menant à une carrière de passer au-dessus de la voie ferrée, aujourd'hui remblayée par des tonnes de gravats...

Un peu plus bas, sur la droite, une petite carrière ayant servi lors de la construction du tramway à vapeur est visible; elle a fourni pierres et ballast à la voie métrique.

Enfin, très vite, la plateforme de la voie métrique est visible sur la droite de la route; la ligne se glisse entre la chaussée en contrebas, qu'elle domine du haut de ses murs de soutènement, et le flanc des Monts de Revigny.

Il m'avait fallu autrefois me tailler un chemin dans la végétation, mais il semble que, de temps à autre, il y ait des travaux de débroussaillage de la plateforme. Une visite au printemps est alors conseillée pour améliorer la vue avec l'absence des feuilles...

La ligne serpente en descendant Les Monts, ne s'éloignant pas beaucoup de la route. Plusieurs ouvrages d'art parsèment ce tronçon, soit pour combler les problèmes de terrain, soit pour permettre le passage de voies d'eau et protéger ainsi la plateforme.

Enfin, la voie traverse une petite route à forte pente: il s'agit d'un raccourci entre Revigny et Publy, autrefois utilisé par les paysans de Revigny montant vers leurs champs Sur Les Monts, voire même les habitants de Publy désireux de prendre le train des CFV ou venir se ravitailler en eau à une source située sur l'ancienne nationale lors des périodes de sécheresses estivales (et dire qu'autrefois, cette petite route n'était pas goudronnée...).

Juste sous le passage à niveau, le train marquait l'arrêt sur demande de Publy. Mon père ne se souvient pas si il y avait eu un quai sommaire, mais il semble qu'il n'y ait jamais eu le moindre bâtiment, ni même un abri...

Immédiatement après, la voie franchit le superbe viaduc de Revigny, en courbe, permettant le franchissement d'une petite combe.

La voie continue son chemin dans la forêt, toute en courbes et contre-courbes, franchit encore un petit viaduc bas au-dessus d'un terrain difficile, avant d'arriver à l'entrée supérieure du tunnel de Revigny, ouvrage permettant à la ligne de changer de direction au fond d'un vallon. Le franchissement de ce court ouvrage est sans problème.

Juste à la sortie de cet ouvrage se trouve un petit ponçeau métallique franchissant un petit cours d'eau. Autrefois se trouvait ici une prise d'eau de secours, utilisée lorsque les trains montants se trouvaient à court d'eau avant d'attaquer la montée. Je me souviens être monté sur la droite et, guidé par mon père, avoir découvert l'endroit où l'eau était captée directement du ruisseau. Sans traitement contre le calcaire, dont l'eau du Jura est saturée, autant dire que le plein d'eau ne devait être qu'exceptionnel pour éviter des problèmes aux chaudières!

La ligne continue son chemin, rejoint plus loin la route qui a, elle aussi, fait son demi-tour dans le fond du vallon, puis fait un léger évitement sur la gauche. À cet endroit, lors de la construction, un énorme éboulement s'était produit, ensevelissant sous des tonnes de terre et de caillasse la plateforme dont la voie était déjà posée; il est donc fort probable que, sous le terrain, se trouve encore des rails et des restes de traverses, ensevelis lors de ce glissement de terrain. Le choix, alors, avait été de réaliser une nouvelle plateforme s'appuyant sur le nouveau terrain ainsi formé, d'où la courbe à gauche rejoignant la route (dominée par un grand mur de soutènement) avant de revenir en contre-courbe rejoindre son alignement.

Encore une longue courbe à droite, et la voie ferrée atteint la station de Revigny, autrefois entourée de nombreuses vignes qui montaient du village jusqu'à la base des rochers des Monts. La vigne de mon grand-père se trouvait d'ailleurs juste au-dessus des voies à la hauteur de la gare...

st maur revigny